08 novembre 2009

  Je lui dis qu'il n'a pas de goût et il me répond que lui, au moins, ne cherche pas à faire ressembler chaque pièce au carnaval, avec des couleurs partout comme dans une chambre d'adolescente. Je m'éloigne, et je ne sais pas, je me dis que c'est la tension, qu'aucun de nous deux ne pense ce qu'il vient de dire, que c'est stupide, que nos répliques mêmes sont à rire et qu'on devrait le faire. Et je me mets à pleurer dans l'allée. J'essaie de m'arrêter mais c'est plus fort que moi. Lorsqu'on se remet en route, je lui tends mes... [Lire la suite]
Posté par absolution à 12:25 - Commentaires [8] - Permalien [#]

22 septembre 2009

Il faut que les matins soient doux.
Posté par absolution à 09:25 - Commentaires [8] - Permalien [#]
18 septembre 2009

Don't you see I need you rock

  J'aurais voulu lui montrer mon foulard, lui demander s'il le trouvait joli, lui parler des craintes qui rampent sous mon crâne concernant cette année. J'aurais voulu ne pas parler de tous ces détails techniques, achat, vente, SC*, cession de, contrats, signature et n'oublie pas de parapher, rendez-vous divers, attentes, visites, pièces administratives, délais. J'aurais voulu discuter d'autre chose, avoir ouvert la bouche pour lancer la conversation dans une autre direction. Mais je n'en ai rien fait et nous n'avons parlé que de... [Lire la suite]
Posté par absolution à 18:26 - Commentaires [9] - Permalien [#]
04 septembre 2009

Two Shots To The Head*

  Je ne sais plus trop quelle musique passe, ça tourne en permanence, je lance des radios à thème et je laisse les notes les voix les accords couler. Il me dit qu'il faudrait commencer à faire les cartons et la perspective du déménagement se teinte de réel. Je ne prends toujours conscience des choses que lorsque ça devient concret. Avant, impossible, il y a une vitre. Je ferme les yeux, je refuse de voir quoique ce soit tant que ce n'est pas sûr. A quoi bon penser et s'angoisser (les deux allant souvent de pair) pour rien ? Mais... [Lire la suite]
Posté par absolution à 18:18 - Commentaires [3] - Permalien [#]
26 août 2009

  La tête sous l'eau, je m'efforce de faire de longues brasses. Je sors la tête de l'eau, ouvre la bouche, inspire au fond de mes poumons, continue, expire sous l'eau, avance, encore. Puis je touche de ma main le bord du bassin et repars dans l'autre sens. Au bord de la mer, la nuit est tombée, l'eau est froide mais il y a cette immensité qui s'étale devant mes yeux, la quiétude qui ondule à la surface alors j'ôte mon pantalon, mon pull et me glisse dans les vagues légères. Le froid me saisit le cœur, violemment puis l'étreinte... [Lire la suite]
Posté par absolution à 18:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 août 2009

August

  Je le vois rentré, abattu. S'étendre sur le lit, le visage défait, les yeux froissés comme des chiffons. Je m'allonge à côté de lui, le rassure, cherche à étirer ses joues dans un sourire, raconte des bêtises. Je lui dis que tout se passera bien, que ça va aller, que ce n'est qu'une question de temps. Et c'est vrai. Tout finit fatalement par se résoudre. Pas forcément de la bonne manière mais une situation ne reste jamais perpétuellement bloquée. Les journées s'étendent comme des élastiques mous. Je me tiens assise sur le... [Lire la suite]
Posté par absolution à 13:25 - Commentaires [3] - Permalien [#]

23 juillet 2009

Et les yeux métalliques

  Les échéances se dressent sur le bitume des trottoirs lourds de chaleur, font gondoler l'asphalte et s'immiscent dans mon ventre qui se creuse. Comme s'il n'y avait eu aucune pause, supposant l'inanité de ces derniers jours vides. Mes cahiers sont empilés, rangés. Oubliés. Certaines vérités m'éclatent au visage et je me sens démunie face au gâchis que je tiens entre mes doigts. C'est liquide le gâchis, ça n'a aucune substance, ça coule, ça file comme de l'eau claire autour des phalanges, ça a le goût édulcoré des regrets. Les... [Lire la suite]
Posté par absolution à 18:52 - Commentaires [4] - Permalien [#]
30 juin 2009

Back to the origins

  Il y a quelques jours j'ai voulu reprendre le stylo, délaissé pour cause de travail intrusif ; écrire à nouveau. Mais rien ne s'écoulait de mes doigts, il n'y avait plus rien, simplement, plus rien. Les phrases étaient laides et communes, il n'y avait pas. D'harmonie, de joliesse. Il n'y avait pas d'étoiles, de paillettes, de. Lumière, derrière les lettres, enrobée sous les phrases. J'ai fouillé dans ma tête, cherché, fureté, essayant de comprendre. J'ai fini par trouver.  Quand on se sent, bien, Evidemment le reste, le... [Lire la suite]
Posté par absolution à 08:55 - Commentaires [9] - Permalien [#]
09 juin 2009

Ca veut dire quoi quand t'écris "parfois je me sens glisser, vaciller fortement, à l'intérieur de moi" ? Ca veut réellement dire ça. Ca signifie que, parfois, je me sens comme me dissoudre et glisser derrière mon ventre et je sens presque mes ongles s'agripper à l'envers de mes côtes et de mes poumons pour retenir ma chute. Je suis penchée au-dessus de ma feuille et l'eau dans mes yeux brouillent ma vue, comme les mille projets qui me tournent autour brouillent mon sommeil. C'est la dernière ligne droite, la semaine... [Lire la suite]
Posté par absolution à 18:44 - Commentaires [8] - Permalien [#]
18 mai 2009

Comme une série de pointillés qui se suivent. Et se brouillent derrière les yeux à demi-clos. La fatigue et le vent qui fait voleter la jupe et la rabat sur les cuisses, la bibliothèque et les écouteurs dans les oreilles. Je tire sur mes yeux pour lire le tableau et je prends rendez-vous parce que je vois flou quand mes lunettes restent posées sur la table du salon. Je glisse des affaires dans un grand sac, des affaires que je dépose sur ma partie de l'étagère. J'écoute de la musique d'ailleurs, je peste et râle et la fatigue en noir... [Lire la suite]
Posté par absolution à 19:31 - Commentaires [6] - Permalien [#]