10 janvier 2010

J'ai l'impression qu'un compte à rebours s'est déclenché à mon insu.Et qu'il galope.
Posté par absolution à 21:34 - Commentaires [3] - Permalien [#]

06 janvier 2010

Je me force à rester jusqu'à la fermeture de la bibliothèque, jusqu'à 20h. Je me dis que plus je pars tard, plus j'ai de chances d'arriver après lui.Pourtant, lorsque je pousse la porte, l'appartement est vide.Et malgré tout ce qu'il me dit, je ne peux pas m'empêcher d'avoir un pincement de solitude dans la poitrine.
Posté par absolution à 20:28 - Commentaires [2] - Permalien [#]
05 janvier 2010

Bic

Je lui ai dis qu'elle avait peu de choses dans sa trousse. Elle m'a répondu "Oui, j'essaie d'avoir le minimum". "Par exemple, pas quatre effaceurs" a-t-elle ajouté en jetant un oeil à la mienne. Je me suis sentie bête.
Posté par absolution à 19:39 - Commentaires [3] - Permalien [#]
04 janvier 2010

We all do what we can

  Aujourd'hui, dans le métro, un homme a ouvert son journal. En haut de la page, il y avait écrit "Obstination de la poésie".
Posté par absolution à 18:59 - Commentaires [4] - Permalien [#]
27 décembre 2009

  J'ouvre des dossiers non consultés depuis longtemps. Ceux qui contiennent des fichiers word à n'en plus finir, des morceaux d'histoires. Je relis certains textes, me surprends à m'y (re)trouver.   Je me demande si je n'ai pas loupé quelque chose en route.
Posté par absolution à 18:42 - Commentaires [4] - Permalien [#]
18 décembre 2009

<!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } -->   Attablée au fond de cette petite salle trouée par la blancheur des néons, mon chocolat chaud fumant sur la table.   Je le bois à petites gorgées pour ne pas me brûler. Je suis installée seule, à la table la plus en retrait afin d'éviter les couples de toutes sortes, amis ou amants. J'ai les épaules courbées, je le sens. Lorsque j'ai demandé au vigile où était la cafétéria, je n'ai pas reconnu ma voix. C'est un timbre pâle et éreinté... [Lire la suite]
Posté par absolution à 17:24 - Commentaires [2] - Permalien [#]

16 décembre 2009

  Les muffins à l'ananas sont en train de cuire dans le four. C'est durant ces dernières semaines que j'ai compris ce que voulait dire être en prép*a. Noyée, la tête complètement noyée par les piles et les piles de travail. Ca s'est mis à ronger mon ventre et mes muscles. J'ai senti la fatigue et la tension se diluer profondément. J'ai senti mes yeux demander stop, et je me suis vue continuer. C'est ça, je crois, qui casse. La volonté si pleine de faire une pause, de dormir, de lâcher prise mais, on sait qu'on ne peut pas, que ce... [Lire la suite]
Posté par absolution à 18:54 - Commentaires [4] - Permalien [#]
27 novembre 2009

On se sent bien dans le canapé. J'aime notre nouvel appartement, des petites pièces comme autant d'alcôves aux humeurs différentes. J'adore le salon, les meubles en bois que nous avons choisis, le côté un peu chaumière, un peu "au coin du feu", avec la bibliothèque et les livres, la télé cachée dans un recoin, le canapé avec la couverture en polaire bleu roulé en boule dans laquelle je m'enveloppe lorsque j'ai froid, les profondes étagères au-dessus de la télé que je ne vais pas tarder à remplir de livres, encore. J'aime aussi... [Lire la suite]
Posté par absolution à 20:09 - Commentaires [2] - Permalien [#]
18 novembre 2009

  Il y a des éclats de soleil qui éclaboussent les bâtiments de l'autre côté de la Seine, l'angle du ministère et la pelouse du palais omnisports. L'eau ondule à quelques mètres. Je suis face à la piscine qui est fermée pour cause technique et je ne bouge pas. J'attends quelque chose qui ne vient pas, je ne sais même pas ce que j'attends. Mais j'attends. Tout me semble requérir d'un effort que je ne me sens pas la force de fournir. Alors je ne bouge pas. Je suis assise sur un petit muret en pierre. L'eau ondule à quelques mètres.... [Lire la suite]
Posté par absolution à 19:46 - Commentaires [4] - Permalien [#]
15 novembre 2009

Si j'avais plus de volonté, si je cessais de sceller des promesses en for intérieur d'avance non-tenues, si je n'avais pas l'aversion si facile de moi-même, si j'arrivais à me lever, si tout mon corps n'était pas si lourd. Si tout ceci n'était pas sans fin.
Posté par absolution à 11:42 - Commentaires [2] - Permalien [#]